Profitez de 10% de réduction avec le code JUIN10
Myosite équine : comment reconnaître et gérer cette affection musculaire

Myosite équine : comment reconnaître et gérer cette affection musculaire

de lecture - mots

La myosite équine est une pathologie qui se distingue par les douleurs extrêmes qui caractérisent les crises lorsqu’elles surviennent. Les chevaux qui en souffrent doivent le plus souvent bénéficier de soins dans l’immédiat et être immobilisés. Voici l’essentiel à savoir sur ce mal afin d’offrir le cas échéant l’attention qu’il faut à votre cheval.

Causes et manifestations

Cette affection musculaire se caractérise par une dégradation des fibres des muscles du cheval, ce qui se manifeste par des inflammations et une douleur saisissante. Les crises sont souvent associées à un effort excessif déployé par l’animal durant un exercice intense, ou à une carence en nutriments essentiels. Le stress, le manque de repos, ou un entraînement dans des conditions peu favorables peuvent également déclencher un épisode de myosite.

Quels sont les signes de la myosite équine

Reconnaître rapidement la myosite chez le cheval lorsqu’elle survient aide à prendre en charge l’animal de manière efficace et à minimiser ses souffrances.

  • La raideur musculaire et la sudation : un des signes les plus évidents concerne la raideur des muscles et le mal que peut éprouver le cheval à se mouvoir. Une certaine sensibilité des muscles est également observable lors des crises. Les muscles chauds pendant la palpation et la sudation excessive sont des symptômes fréquents.
  • La couleur foncée (brunâtre ou rougeâtre) des urines du cheval pendant les crises de myosite est due à la présence de la myoglobine dans le sang.

signes de myosite cheval

Comment réagir efficacement

La prise en charge de la myosite du cheval doit être rapide. Elle prend en compte plusieurs aspects pour une gestion efficace. La thérapie médicale mise en place par le vétérinaire consiste en général à donner des anti-inflammatoires à l’animal et des relaxants afin de l’aider à supporter la douleur des crises. Bien avant l’intervention du professionnel, vous pouvez immobiliser l’animal, réaliser des massages avec des gels afin d’aider au relâchement des muscles, et lui donner à boire.

Un bon support nutritionnel est recommandé. Pour s’assurer de donner au cheval les nutriments dont il a besoin, un régime conseillé par le vétérinaire peut être complété par des suppléments en vitamines E et en sélénium.